Japan Powah.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
site  facebook  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-28%
Le deal à ne pas rater :
Cuiseur à pâtes pour micro-ondes Lékué – Quick Pasta
17.99 € 24.99 €
Voir le deal

 

 [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Dim 23 Nov - 18:27

Titre : Mes soirs de solitude.
Auteur : Hiketsu
Genre : Yaoi, Lemon, Romance ...
Source : The GazettE et ...
Couple : Je ne peux pas encore le dire, sinon, où est l’attraction ?
Note : Je vous laisse en juger.

CHAPITRE 1 :

Je suis sur scène, ça y est, enfin, mon moment où je ne me sent pas seul, où je laisse parler mes sentiments et mon corps, où j’oublie, problèmes, vie privée et on ne me reproche rien, pas même sur mes gestes. Comment ne pas vouloir ma place ? Cette place que j’ai mit longtemps à obtenir de moi-même. Cette place où je suis quelqu’un d’autre, quelqu’un que je rêve d’être. Cette place où je suis Ruki ... et non, Takanori Matsumoto ou plutôt
sous le bref nom de Taka-chan que mes amis me nomme. Je chante les douleurs de Taka-chan. J’exprime Taka-chan, je libère cette personne au fond de moi mais que personne ne remarque. Mais je joue toujours le petit chanteur provoquant à la belle gueule à la vue du public. Ça me dégoûte de voir ces personnes, ces groupies, qui ne m’aiment que par mon physique. Bizarrement, ça ne me déplait pas. Est-ce que cela me fait il sentir vivre ? bien sur que oui, je ne me sentirais pas vivant sans cette attraction où tout m’est autorisé surtout pour la vue de cette personne.
Mais aussi, j’ai remarqué que sur les quelques sites que Kai trouve sur le web, les fans se lâchent, inventent des rumeurs, des histoires, de nos conditions de vie ... surtout sur notre vie amoureuse. Elles pensent que nous sommes yaoistes, enfin pour certaines. Certes, Uruha et Aoi filent le parfait amour gai, mais je ne sais pas des autres. Enfin, si ... pour moi, j’ai ce douloureux sentiment qu’on appelle l’amour sans retour, la voix à sens unique. Allons, ne perdons pas notre temps surtout dans ce concert que j’attendais temps. Ce concert au « pays perdu » comme diraient ces fans français, mais ce pays qu’on appelle la France.
Je chante les dernières paroles de Filth In The Beauty, Kai joue ses dernières frappes, Aoi et Uruha leurs dernières cadences, Reita ses dernières notes. Je me retourne en direction de la batterie où j’avalais discrètement ces petits cachets qui doivent normalement me tenir debout. A peine le concert commencé que ce morceau de chair sale qui doit porté tout le reste à le culot de ce nommé cœur. C’est la première fois que je les prends pendant un concert, d’habitude, je m’accorde un moment pour que leurs effets soient immédiats mais là, je ne peux pas me le permettre, on a changé d’horaire et nos habitudes sont décalées. Oh, nan ... j’entends ce gong que je n’aurais jamais voulu résonner à l’intérieur de moi, Kai m’as vu les prendre, son visage vide en direction du public tout en me regardant du coin de l’œil signifie bien quelque chose. Cette chose qui veut dire « toi et moi on doit parler de ces bidules que t’avale à longueurs de journée ! ». Je te connais trop Kai, tu sais que je ne vais pas vouloir te le dire mais tu me forceras d’une manière ou d’une autre, me marinant soit de culpabilité envers ce secret ou bien par la force et m’obligeant à tomber ce mur de glace que je bâtis sans m’en rendre bien compte des effets qu’il provoque. Je m’en veux, oublions ça Kai, Je tiens trop à toi pour que tu me fasse la tronche le temps du concert. Alors, permet moi de reprendre ce moment où j’oublie tout, où je suis « moi ». Je reprends ma fabuleuse place pour cette chanson que j’entreprends avec toute ma colère, mon désir flamboyant de pouvoir me déchaîner et le faire remarquer à cette personne que mon cœur désir tant, DISCHARE.
Le temps passe, les chansons défilent, les fans services aussi et ma joie de même ... .Voilà le concert est terminé. Pitié, je veux sortir de cette scène, vite, ma tête me joue des tours. « Pourquoi ça m’arrive maintenant ? Cette sensation de mi-mort, ce cœur qui réclame je ne sais quoi. Si je ne me calme pas vite fait, je risque la paralysie ! » seuls ces questions me venait à l’esprit, je ne cherchais aucun espoir que quelqu’un vienne me réconforter, m’aider, me calmer, s’occuper de moi qui n’a pourtant pas fait grand-chose pour finir aussi vide qu’un puit sans fond. Quelques minutes plus tard, mon corps glacé se fit envahir d’une forte chaleur venant de mon dos, mon cœur battait à ce rythme que toutes personnes amoureuses connaissent. Je sentis cette personne m’enlacer doucement et me tirant vers sa direction et m’engouffra dans une des pièces à côté de nous. Maintenant que le Ruki disparue, le Taka-chan prend la relève en devinant qui était cette fameuse personne. Cette personne que j’aime depuis notre premier concert, cette personne, cet homme, ce Ryo, mon Bassiste, Reita. Je me retourne pétrifier de son geste, mon souffle n’en pouvant plus de mes caprices cardiaques. Il me regarde ? Moi ? Mais pourquoi ? Ne me dit pas qu’il ... à peine j’eu la question en tête que j’en ai eu la réponse par une gifle digne de lui. Un silence me faisant froid dans le dos, une décapitation de mon muscle général me tua sous son geste. Je ne pouvais pas lui en vouloir, il s’inquiète pour moi mais il ne devrait pas ...

- Ruki, bordel ! mais qu’est ce tu branle ?? c’est quoi ces médocs ? pourquoi tu ne dis rien à Kai ?
- je n’ai pas envie de lui dire ...
- Alors tu gardes ça pour toi c’est ça ?

Tu te trompes Reita, je n’ai surtout pas envie de le garder pour moi, j’aimerais que tu m’aides, que tu m’aimes comme moi où je t’ai vu pour la première fois. Tu peux me trouver naïf, je n’en reste pas moins insensible. Je désire tant que tu me poses cette question. Cette question ...

- tu ne veux pas le dire à moi ?

Surpris de ta réplique, je regarde ton visage si coléreux et rougi d’avoir fait le premier pas dans notre amitié fragile, vu qu’on ne se parle pratiquement peu quand qu’il est question de la confection des chansons, on ne se change même pas un mot pendant les soirées avec le groupe. Pourtant je restais là, bouche bée de tes mots si simples et pourtant grands pour moi. Quelle situation embarrassante, je suis mort de honte d’être rester immobile comme un arbre à te regarder. Et je t’en laisse juger par mon comportement de petit mec timide rougissant à l’homme viril que j’aime de toute cette âme en périple. Ce silence fut bien trop long pour toi, tu prend la porte et marche en direction du balcon pour griller notre scène à coup de cigarette. A cet instant où tu partais, je fermais avec peur et douceur la porte, me mettant dos à elle. Glissant mon corps sur celle-ci, me mordant la lèvre de cette bêtise de ne pas t’avoir répondu, de mon courage faible j’en suis résigner à en pleurer de mon esprit chaotique et mélancolique. Je ne supporte plus ton indifférence. Mais moi, je ne pourrais pas oublier ce moment tant désirer, tant rêver, tant aimer qu’elle est enfin apparue. Reita ... comment te le dire ... . Ma chance ne me tourna pas en mon avantage ... se soir, je passerais encore une soirée seul ... à penser, à rêver, à m’endormir avec ton sourire sur tes lèvres, tes cheveux glissant sur les airs du vent frais de l’hiver ... parmi les innombrables soirs de solitudes ... .

TO BE CONTINUED 8D ...
Revenir en haut Aller en bas
Hikaru
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Hikaru

Féminin
Nombre de messages : 698
Age : 29
Localisation : quelque part entre ciel et terre
Humeur : fatiguée
Date d'inscription : 28/11/2008

[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Dim 30 Nov - 16:45

Moi j'aime beaucoup.
Mais pauvre Ruki tout de même qui en vient à se droguer pour tenir le coup. Reita "espèce de baka" tu ne vois pas qu'il t'aime!
Moi je veux la suite!!!!!!! :chats-pom-pom:
Revenir en haut Aller en bas
Luiza
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Luiza

Masculin
Nombre de messages : 3829
Age : 30
Localisation : un coin pommé
Emploi/loisirs : un truc de merde
Humeur : Fuck tout ces gens avec leur gaminerie !!
Date d'inscription : 02/11/2008

[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Dim 30 Nov - 17:12

HHann pauvre Ruki -__-

J'adore ton début et je suis impatiente de voir la suite ^___^

Comme Hikaru:

Je veux la suite!!! :chats-pom-pom:
Revenir en haut Aller en bas
http://hide60.skyrock.com/
Invité
Invité
Anonymous


[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Ven 12 Déc - 23:21

CHAPITRE 2 :

- Huuuum ...
- ...
- Rei-chan ... t’es sur que ça va ?
- Huuuum ...
- ...
- Taka-chan, tu sais ce qu...
- Ne m’appelle pas comme ça ! j’ai horreur de ce surnom ! et puis non ! je ne sais pas ce que ce blondinet me veut ! dit ai-je avec mécontentement à notre pauvre batteur qui se battait avec Uru-chan pour le paquet de bonbons qu’il brandit avec fierté de son bras contre celui du dernier.
- Huuuuum ...
- ...
- il porte beaucoup d’intérêt envers toi en ce moment ! dit A-chan en s’ommenelant entre nous, verre de café à la main et clope en bouche, qui est, encore, mal réveillé par l’insistance de Kai pour être à l’heure.

Cela va faire trois jours que Reita me regarde avec entrain et détermination ... mais ... laquelle ? C’est la première fois pour moi qu’il a autant d’attention envers moi ... j’en ai peur.
Je rougis de plus en plus à son visage insistant. Comme si il voulait absolument que je lui dise mais je ne craquerais pas, sinon, ça donnera l’inquiétude de tout le groupe sur ma santé. Oui, mon cœur me lâche, commence à rendre l’âme ... une maladie du cœur, une moisissure, une pourriture, m’empêchant d’avoir un rythme cardiaque élevé, pouvoir courir, ressentir l’adrénaline, l’amour ... j’en ai vomi mes tripes en apprenant, que je suis condamné a prendre des médicaments à vie. J’ai aussi un risque d’un développement d’un foutu cancer.
Quand mon cœur s’emballe un peu trop ... deux petits cachets m’oblige à me dire moi-même et avec pitié, d’arrêter cette torture infernale. J’en peux plus de le cacher ... j’aimerais leur dire à tous, comme ça, avec rage, avec soulagement, avec courage, avec confiance en eux, dans l’espoir qu’ils me comprennent ... « Attendez ... mais, mais oui ... il s’impose sur moi pour que mon cœur s’accélère comme un demeuré et que je prenne mes cachets devant tout le monde, mais comment il peut savoir que ça va me... ... il suppose mieux que trop bien ... Rei ... arrête ... je vais explosé comme une bombe si tu continues. Oh non, je commence à suffoquer ... mon cœur s’arrache, mon ventre se tord, j’ai mal ... pitié Reita arrête ... je me sens ... pas ... . » Mon cœur battit d’un coup trop dur, je me tord sous sa pulsion en gémissant de douleur infâme. Le silence s’installa laissant pour seuls maîtres les regards du groupe entier sur ma corpulence souffrante. « Je vais le tuer ... ».
Je devais oser pour lui expliquer. Je prends son poignet de ma main encore tremblante. « Reita ... Pourquoi ... ». Je l’emporte avec moi, hors de la salle de répétition pour l’engouffrer dans une autre salle complètement isolé et sombre. Cette salle a été le lieu de ma révélation maladive ... . Je devais lui parler, lui demander ce pourquoi, comment pouvait-il osé cela.
« Assez ... ». je m’assis sur une chaise, toujours sous son regard insistant mais pourtant qui ornait un petit sourire triste et peu fier, je pris en possession, mes gélules aux goûts amers et en pris la dose accorder.
J’attendis quelques instants, en reprenant mon souffle, mon geste que, normalement au paravent, je n’aurais jamais osé faire envers lui, prendre le contrôle sur lui rien qu’un instant, un tout petit instant, rien qu’un peu. Ca y est, j’ai pris ma décision, je vais lui dire, tout lui dire. Enfin ... presque ...

- Nous y voilà, j’en avais assez de me faire passer pour un demeuré devant tout le monde pour que tu décides enfin de me le dire.
- Pourquoi ne pas l’avoir demandé ?
- Je l’ai fait mais tu as refusé de me le dire, et puis, je voulais que tu me le dises par toi-même ...
- ... tu as supposé que cette technique allait marcher ?
- Ouaip, et j’ai eu raison, comme à chaque fois * hu hu * .
- ...
- à mon tour de poser les questions.
- Humf ...
- ... Qu’est ce que tu as ?
- ...

Je relève ma tête lourde, embrumée, perturbée par sa question. Mais comme je me suis dit, « je dois lui dire » tout en me le répétant, j’affrontais son regard, ses yeux noirs d’une encre de chine aux reflets du soleil.

- Je ... j’ai une tumeur au cœur ...

Ses yeux ... ils sont tremblants ...

- Pourquoi tu ne l’as pas dit plutôt crétin ??? Me dit-il en empoignant mon col pour me relevé et ainsi regarder droit dans mes yeux humides.
- Je ne voulais inquiéter personne ! mais depuis que tu m’as surpris à prendre ces foutus médicaments, je ne pouvais plus te le cacher ! sinon ! tu m’aurais pris pour un drogué !!!
- ...

Il ne dit rien, comme toujours, il me repose au sol, toujours ses yeux dans les miens. Mon cœur recommence à dérailler ... mais je peux le supporter ... bizzare. Son corps, son âme, elle brûle d’une chaleur douce et réconfortante ... quel délice. Je veux qu’il reste ainsi pendant toute ma vie ...

- Merci de me l’avoir avouer ...
- Rei ...
- ... Oui ?
- ...
- Qui a-t-il ?
- ...
- Ruki ?
- Je dois t’avouer autre chose ...
- ...
- ...
- ...
- heu ... je ...
- Je t’aime moi aussi.

« HEIN ? QU’EST CE QU’IL A DIT ???? » Mes joues s’en pourprèrent d’un rose foncé face aux siennes beaucoup moins abusés que les miennes. Il ne me regardait plus dans les yeux. Il en a honte ? Pourquoi il m’a dit ça ? Il ressent vraiment quelque chose ou il se fiche de moi ?
Il me lâche, doucement mais sûrement, de mes bras tremblants. Cela est mauvais signe. Signe que mes limites sont apparues, enfin, je sais maintenant pour quoi je me bats face à cette situation. Il se retourne. Il va encore prendre la porte et partir fumer. Encore griller une scène, notre scène. Pourquoi ne le fait-il pas avec les autres membres quand il se dispute sévèrement avec eux ? Ils sont des exceptions à la règle ? Pff, tu me dégoûtes ... mais je t’aime tellement.
Trop tard, ma séance de torture intensif à commencer. Alors qu’il est prêt à passer le palier du couloir, je plonge, tête baissé et ventre tenu de mes bras frêles en direction des toilettes sans même allumer la lumière pour qu’il n’admire pas le spectacle pas très jouissif de ma substance pourpre glissant en travers de ma gorge. Mes cris de douleur le fait sortir de ses pensées. Il accourt, s’agenouille derrière moi, enroulant ses bras autour de ma taille, compressant mon ventre de quelques coups pour m’aider à vomir plus facilement.
Une fois cette horrible preuve de cette emprise maladive. Je tombai à la renverse mais me soutenant encore dans ses bras, le bassiste me força à m’installer près de lui, de tout son corps, écartant ses jambes pour mieux me rapprochez de lui-même.

- Pardon ... disais-je entre mes lèvres laissant apparaître ma bouche encore inondée de sang.
- Tu trembles encore. Je vais annoncer au reste du groupe que tu ne te sens pas bien. Je vais te ramener chez to...
- NON ! euh ... je vis avec Kai ... j’ai pas envie de subir son regard sur moi ...

Je déteste le triste sourire de Kai ... je ne veux pas le lui faire tracer quand il me voit comme ça ...

- Okay, attend moi là, je vais prendre mes affaires et les tiennes, je t’emmène chez moi.
- ... d’ac-d’accord ...

Chez Rei ... je n’y suis encore jamais allé chez lui ...


To be continued ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Ven 12 Déc - 23:23

Ps: désolé pour le double post TT'

CHAPITRE 3 :

Il fait horriblement froid chez lui, c’est triste. Lui qui est plutôt vivant et de ne pas se soucier des malheurs de la vie. Son appartement est assez vaste mais glaciale. Certes nous sommes en Hiver mais ... son foyer est plongé dans la nuit froide. J’aime l’Hiver mais certaines facettes de cette saison me rendent mélancolique ...
Je ne capte que la moitié de ce qui se passe autour de moi. Je sais qu’il est là ... lui ... . Il me pose sur son canapé. Arf, vraiment pas confortable, pourtant on dirait qu’il dort ici le plus souvent. Je comprends mieux pourquoi il a une humeur de chien aux répétitions du matin. Mais ... il a l’air de se sentir seul. On dirait qu’il passe ses soirées à regardé la télévision à pas d’heure jusqu’à que le sommeil le prenne. Je l’imagine bien ainsi. Il revient. Je le vois tout essoufflé et le visage ... rouge. Il me reprend dans ses bras. Raaah quel bien fou il peut me procurer sans même qu’il se rend compte. J’aimerais qu’il fasse ça pour l’éternité, jusqu’à la mort. Ce serait le paradis ... . Tiens, j’atterris sur un endroit plus confortable. Serait se ... . Non, je ne peux pas lui faire ça. Je le dérange, j’en suis sur.
Je me lève tant bien que mal mais il intervient ...

- Reit-ta... Je p- ... peux p-p-pas ...
- Du calme. Tu es gelé ...

Il panique, lui ? Depuis quand ? Il a su toujours bien gérer les situations même embarrassantes avec sang-froid mais là, cette situation n’est ni embarrassante, ni sur le point de réduire le monde à néant. Mais moi, je reste là, à rien faire. Je dois peut être le rassurer sinon il va faire une attaque le pauvre ... comment faire ... il est trop présent en ce moment et ça, en si peu de temps. Je ne me suis pas habitué à être avec lui, seul ... . Il place la couverture sur tout le long du lit. Je prends sa main qui est au niveau de la mienne. Je suffoque comme un dératé mais il y a toujours cette chaleur, sa main est brûlante. Quelle douce sensation, ça pourrait remplacer ces foutus pilules. Il me regarde avec ce visage triste mais confiant.

- Rei ... calme toi ...
- ... Je suis désolé ...
- Est-ce que ... tu peux aller chercher mon sac ...
- Oui.

Il part dans le salon comme une flèche mais là ... son retour se fait des plus lents quand il regarda à travers l’ouverture de mon sac.

- ... Ruki ...

Je tens mon bras tremblant comme une feuille. Il me le donne. J’en sort une boite. La déballe pour en sortir une seringue et un flacon mais ça, sans que je ne regarde lui et ce que je fais.

- Oh mon Dieu ... dit-il avec ses yeux grands ouverts comme pour se convaincre que cela n’était pas vrai.
- Je suis désolé ... marmonne ai-je en piquant le flacon et extraire le liquide mais toujours aussi maladroitement.
- Attend ...

Il prend l’objet de mes mains pour continuer l’extraction. Il retire l’aiguille et me regarde comme si il allait donner la mort à quelqu’un ... .Non Rei, tu me donneras un soulagement des plus apaisant. Je dénude mon cou de ma chemise blanche, le tend et le regarde pour lui désigner l’endroit toujours aussi tremblant de tout mon corps d’os. Il la planta. Injecta doucement en regardant avec inquiétude et peu sur de lui. C’est que moi, j’en ai l’habitude, je n’en ai plus peur mais lui ... ça doit être le geste le plus douloureux qu’il du faire pour .... Moi ?
Je ferme doucement mes yeux sous son visage angélique en laissant échapper un soupir d’aise, le remerciant. Je ne sais pas pourquoi il a voulu le faire mais pour l’instant je suis dans un état qui ne pourra pas supporter une dispute de plus. Le froid revient, mince, je ne peux pas bouger pour l’instant. Seules, mes dents claquent contre elles-mêmes. Il s’en aperçoit ...

- Qu’est ce que tu fais ... dis ai-je d’une voix faible en tournant la tête vers lui.
- Il y a une coupure d’électricité. Tu vas être glacé jusqu’au sang. Me dit-il.

Il enlève ses vêtements en frissonnant légèrement. Il a la tête baissée mais je peux voir ses joues finement roses. Inconsciemment, je souris du coin de mes lèvres gercées. J’ai l’air un peu gaga mais c’est la première fois que je le vois ainsi ... . Hum ? Il enlève mes vêtements ... euh, je sais que j’aime Reita mais il va un peu trop vite là.

- Ne te fait pas des idées ...
- Euh ...

Il se met à cheval sur moi ... il me prend dans ses bras ... installe mes jambes autour de ça taille et m’enlace avec son bras mais s’aidant de l’autre pour que nous échangions nos places. Je me retrouve sur lui. Il me recouvre du drap et de la couverture. Je rougis au quart de tour. Tout d’un coup, la chaleur augmente petit à petit en moi. Ne me dites pas que ... qu’il ... qu’il veut ... ... naaaaaaaaaaaaaaan ... enfin ... je crois ... . Sa tête est penchée en arrière. Je ne le sens pas très à l’aise ... . Il faut dire aussi que nous sommes dans une position assez ... gênante. Mais c’est un bien fou. Imaginez vous aux bras d’un homme que vous aimez depuis 6 ans, qui a toujours été froid avec vous. Et en à peine une semaine, il vous donne de l’intérêt pour votre personne ... et là, vous vous retrouvez dans ses bras et ...

- Ruki ? ça ne va pas ?
- Euuh ...
- T-t-tu es ... tout rouge ...
- « * pense * parle pour toi ! » Humf ! Rei !
- ... oui ?
- Tu sais ... au studio ...
- Je le pensais.
- V-v-vvraiment ?

J’ai l’air idiot maintenant ... .je soupire et m’effondre doucement sur lui en fermant les yeux. Je pense qu’il n’a plus grand-chose à dire. Hum ... je me sens tellement bien là ... hum ? sa main caresse mon dos avec lenteur et réconfort, j’en frissonne. Je reste toujours collé à lui, ma tête sur son torse. Je lève les yeux vers lui. Il me regarde aussi. Ses yeux ... ils sont humides. Pendant un long moment nous restons ainsi. Mon cœur bat à toute allure. Mon cerveau ne voit plus rien à par lui, ses cheveux, ses yeux, son nez, ses joues ... ses lèvres. Je le veux. Je veux être son amant. Je veux qu’il m’aime. Mais ... qu’est ce que j’attends ? Il me l’a dit ... .

- Il faut que tu me crois Ruki ...
- Je t’aime ...
- ...
- aussi ...

« Il faut que je les touche, vite, s’il vous plait Dieu. Laissez moi ... » Sa main rude se loge sur ma nuque. Elle est encore plus brûlante qu’avant. Il m’entraîne vers lui ses yeux sont doux et nos lèvres se rapprochent.

- Ryo ... Hum~ ...

Elles sont tendres, délicieuses mais froides. Comment j’ai pu passer tant de temps à l’aimer sans savoir vraiment quels goûts elles avaient. Nos lèvres mènent une danse calme. Elles m’intimident ... mais il ne soutient dans ses bras comme pour ne pas que je m’enfuis et que je n’ai rien à craindre. Tout d’un coup, il s’arrête. Il me dévisage comme si il se sentait coupable.

- Je ne peux pas te faire ça ...

Il ... il se fiche de moi ? Je craque. Là, le Taka-chan craque. Je prends son visage de mes deux mains. Mon corps là, peut faire ressentir ce que je pense au fond de moi-même.

- Et pourquoi hein ? Parce que ce merdier que tu as appris il n’y a pas moins de 3 heures te fait flippé parce que je peux pas m’envoyer en l’air ???

Ah ... merde. J’ai du dire un truc de travers ... il me regarde bizarrement. Mais je déteste la pitié des autres. Hum ... c’est quoi ce sourire ? Il rougit ? Mais il rougit ... vraiment ... .

- E-et bien Ruki ... je ne te savais si ... direct. Dit-il avec son sourire en coin.
- Mais c’est parce que ...
- J’aime ça chez toi.
- Hum !

Il comprime mes lèvres contre les miennes d’une manière forte. Nos goûts se mélangent. Notre fièvre monte. Le mot envie se fait sentir de plus en plus. Je le veux. Encore et encore.
Ses mains rudes qui sont habituées à tant violence pour jouer dans les lives se font douces en parcourant mon dos criblé de douleur. Il m’enlace encore plus tendrement et amoureusement, me glissant sur le côté. Il s’installe timidement sur ma corpulence maigre aux os apparents. J’admire son corps, sa taille, son torse, finement musclé et d’une peau laiteuse. Il veut se faire sentir plus près. Je le sais. Il aime se faire remarquer et provoquer. Son visage doux plonge dans mon cou. Ses lèvres se posent, puis prisent dans une sensation d’une gourmandise. Elles me font gémir de douleur intense et de plaisir. Je gesticule sous lui. Je sais que ça le fait sourire. Je le sens. Je m’agrippe à ses côtes. Je les glisse en caresse sur tout le long de sa taille, jusqu’à chute de rein. Son souffle s’accélère. Il réclame et moi, j’en rougis. Il est tellement ... mignon. Non, Suzuki Ryo est beau. Et mes mots viennent à ma gorge. Je veux voir sa réaction.

- Rei ... accorde moi cette nuit.
- ... T-tu ... pleures ... ?
- S’il te plait.
- ...

To be continued ...
Revenir en haut Aller en bas
Hikaru
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Hikaru

Féminin
Nombre de messages : 698
Age : 29
Localisation : quelque part entre ciel et terre
Humeur : fatiguée
Date d'inscription : 28/11/2008

[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Sam 13 Déc - 17:15

C'est trop beau je veux la suite!!!! :japon-nuage:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Ven 26 Déc - 15:57

Le chapitre 4 est en cours depuis 8 mois XDDDD j'arrive trop pas à faire la suite ! mais ça commence à venir !
Revenir en haut Aller en bas
Hikaru
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Hikaru

Féminin
Nombre de messages : 698
Age : 29
Localisation : quelque part entre ciel et terre
Humeur : fatiguée
Date d'inscription : 28/11/2008

[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1Ven 26 Déc - 18:42

Ok vivement la suite alors!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Empty
MessageSujet: Re: [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.   [ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude. Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Fan Fic ] The GazettE - Mes soirs de solitude.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Powah. :: # Flood. # :: # Vos créations.-
Sauter vers: