site  facebook  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Interview du Zy 38 (Jame france)

Aller en bas 
AuteurMessage
Luiza
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Luiza

Masculin
Nombre de messages : 3829
Age : 30
Localisation : un coin pommé
Emploi/loisirs : un truc de merde
Humeur : Fuck tout ces gens avec leur gaminerie !!
Date d'inscription : 02/11/2008

Interview du Zy 38 (Jame france) Empty
MessageSujet: Interview du Zy 38 (Jame france)   Interview du Zy 38 (Jame france) Icon_minitime1Ven 20 Fév - 23:59

Le 20 février dernier, SID a sorti son très attendu nouvel album. Depuis le 11 mars a débuté une tournée nationale comportant dix dates, la dernière ayant lieu au Kokuritsu Yoyogi Daiichi Taiikukan ! Depuis les débuts du groupe, trois années seulement ont suffi pour leur permettre de donner un concert en one-man au Nippon Budokan, montrant ainsi à quel point ils ont fait de gros efforts pour avoir un tel succès. Dans ce numéro, avant de faire des prédictions concernant le groupe pour l'année 2008, nous avons demandé à chaque membre ce qu'il pense, et qui a fait tout le travail difficile. Zy souhaite que les lecteurs puissent ressentir les profondes convictions des membres, qui souvent ne transparaissent pas parce que nous ne tenons compte que de ce qu'ils réussissent.


Mao

Avant tout, j'aimerais que vous vous rappeliez le passé. Est-ce que cela a été difficile ?

Mao : Oui et non. En fait, ce n'était pas difficile tout le temps. A un moment, nous n'avions pas assez d'argent, alors c'était quelque peu difficile. Il me suffisait d'acheter de la nourriture bon marché et de porter des vêtements pas chers...donc ce n'était pas si difficile que cela.

Je vois. En fait, c'était une période où vous avez travaillé dur afin de réaliser votre rêve.

Mao : Cela aurait pu être moins facile avec le groupe dans lequel j'étais avant de faire partie de SID. Pendant longtemps, il n'était pas populaire du tout. Par contre, avec SID, le public s'est rapidement développé. C'était comme si cela allait de mieux en mieux donc ce n'était pas un moment difficile pour moi.

L'expérience que vous avez eue avec votre précédent groupe vous a été utile dans SID. Quelle était votre stratégie secrète ?

Mao : Nous faisions plus de concerts pour avoir plus de public. Les nouveaux groupes se lancent souvent dans les médias dès leurs débuts, mais nous, les SID, nous ne l'avons pas fait. J'ai appris cela dans mon ancien groupe. Dans la mesure où nous n'avions pas d'argent, ni de contact, nous ne pouvions pas faire de publicité pour SID mais nous avons su tourner la situation à notre avantage. La première année, nous avons laissé planer le mystère sur notre groupe. Les gens devaient se dire "De plus en plus de personnes assistent aux concerts de SID mais nous ne les voyons pas beaucoup et ils ne sortent pas de disque". Même si notre musique était distribuée, les exemplaires étaient limités, environ une centaine de MD à la fois seulement.


Shinji

Shinji, depuis les débuts de SID, est-ce que vous avez rencontré des difficultés ou des obstacles particuliers ?

Shinji : Pour dire les choses simplement, ce n'est pas facile tous les jours. C'est difficile d'écrire des chansons. Si j'avais toujours le temps, ce serait mieux mais ce n'est pas le cas et je dois composer des chansons. C'est plus difficile de jour en jour.

Ecrire des chansons...

Shinji : Parfois, quand je fais écouter aux autres membres une chanson que je trouve bonne, cela ne se passe pas vraiment comme je m'y attendais. Cela arrive souvent.

Et bien sûr, vos critères sont aussi de plus en plus élevés chaque année ?

Shinji : Oui. Nous visons toujours plus haut. Mais le jour où j'écris la chanson, je l'aime beaucoup donc je pense toujours que chaque chanson que j'écris est bonne. Au bout de trois jours, une fois que je me suis calmé, je l'écoute à nouveau et si je trouve toujours qu'elle est bien, cela veut dire que c'est vraiment une bonne chanson.

Dans ce cas-là, vous devez avoir beaucoup de chansons qui n'ont jamais été sorties.

Shinji : Je mets presque toutes les chansons sur iTunes, et il y a de plus en plus de chansons que je n'ai jamais faites écouter à personnne.

Ce sont des trésors, n'est-ce pas ? (rires)

Shinji : Hmm...Mais si j'estime que des chansons ne sont pas assez bonnes, je ne veux pas qu'elles soient écoutées. Mais parfois il arrive que des gens en écoutent accidentellement et qu'ils disent "C'est bien. Pourquoi est-ce que tu l'as cachée ?" (rires) Je pense que le plus important est que j'en sois satisfait, plus que quiconque.

Que feriez-vous si des personnes vous disaient qu'elles veulent utiliser la chanson et travailler dessus ?

Shinji : Je modifierais la partie que je n'aime pas et je leur présenterais la chanson.

Et que se passerait-il s'ils disaient que c'était mieux sans modification ?

Shinji : Cela arrive parfois. En fait, c'est arrivé récemment. Et j'ai ravalé mes larmes. (rires)


Aki

Est-ce que vous avez vécu des moments difficiles depuis la formation du groupe jusqu'à aujourd'hui ?

Aki : Oui, il y a des moments où c'est pénible, mais j'essaye de me montrer enthousiaste quoiqu'il arrive.

Oh, vous êtes quelqu'un de positif !

Aki : Je crois qu'il le faut. Cela ne fait pas avancer les choses de crier "C'est difficile. Je ne peux pas le faire." Avant, j'avais tendance à agir comme cela et à m'inquièter de ce que j'aurais du faire. Je me suis dit récemment que cette façon de penser n'est qu'une perte de temps. Cela ne sert à rien. Au lieu de crier, nous ferions mieux de réfléchir à comment changer les choses et les améliorer, ne serait-ce qu'un peu. Alors ces temps-ci, j'essaye de ne pas penser aux difficultés qui pourraient se présenter.

Avant, aviez-vous tendance à protester ?

Aki : Oui. Mais c'était il y a longtemps. Maintenant, au lieu de penser comme je le faisais, je me contente de jouer de la basse. (rires)

Puis-je vous demander ce qui vous faisait protester ?

Aki : Peut-être que je ne me sentais pas à l'aise. Cela peut paraître bizarre, mais quelque part, j'avais peur...même si j'avais toute confiance en SID.

C'est surprenant.

Aki : Je ne me sentais pas à l'écart du groupe; les membres sont vraiment gentils. Mais j'avais le sentiment qu'à moins d'être suffisamment fort, je ne méritais pas d'être dans ce groupe. Si je n'étais pas capable de jouer de la basse comme je le fais jusqu'à présent, quelqu'un de talentueux aurait très bien pu être meilleur que moi et venir nous voir en disant "Moi aussi, je veux faire partie de SID". A une époque, j'avais des angoisses comme celle-ci.

Vous savez, vous avez pourtant l'air d'avoir confiance en vous.

Aki : Je continuerai à protéger ma place dans le groupe, mais il y a eu une période où c'était inquiétant. Cette façon de penser n'est pas si cool. Pour ne plus être anxieux, il faut que je m'améliore et que j'aie plus confiance dans ce que je fais. Alors je me dirai que ce n'est pas si difficile.


Yuya

Depuis que le groupe s'est formé, les choses ont l'air de bien se passer, mais qu'en est-il pour vous, Yuya ? Pensez-vous que vous avez rencontré des difficultés, invisibles de l'extérieur ?

Yuya : Oui. Par exemple, avant que SID fasse partie d'un label, nous pouvions faire les choses à notre manière. Mais après, c'était difficile, mentalement parlant, de devoir laisser d'autres personnes s'en occuper. Mais ceci s'est avéré être une bonne chose, donc j'ai fini par l'accepter.

Vous avez trouvé cela difficile ?

Yuya : Oui. Aussi, il y avait des choses que je ne comprenais pas quand nous avons commencé à franchir l'étape suivante, puis une autre et ainsi de suite.

Oui, cela demande toujours un certain temps avant de faire confiance aux autres et que des liens, autres que ceux qui existent entre les membres du groupe, se créent.

Yuya : Ce n'était pas facile au début. Mais nous avons appris des choses donc je n'ai plus peur maintenant.

De plus, Vous êtes quelqu'un de positif de nature, Yuya, n'est-ce pas ?

Yuya : Oui, je le suis.

Je pense que votre tempérament a aussi un effet positif sur le groupe, mais vous arrive-t-il d'être blessé parfois ?

Yuya : Ah oui, cela arrive. Grâce à des expériences négatives que j'ai vécues, je peux voir les choses de manière totalement positive maintenant. Sans ces expériences, je ne serais que positif.

Totalement positif ! (rires) C'est une nouvelle expression !

Yuya : Vous comprenez ? C'est mon côté positif qui me permet de tenir. Cela ne sert à rien d'être positif qu'à moitié. Les gens qui n'ont jamais été négatifs ou qui n'ont pas vraiment eu d'expériences négatives, n'ont pas ce côté positif dont je parle !


La suite de l'interview est dans Zy vol. 38 . . .

©️ 2007 Zy.connection Inc. Tous droits réservés.

_________________
Interview du Zy 38 (Jame france) Mad_te10
Revenir en haut Aller en bas
http://hide60.skyrock.com/
Yuki
[ administratrice ]
[ administratrice ]
Yuki

Féminin
Nombre de messages : 4078
Age : 29
Localisation : en moselle
Humeur : je m enuie
Date d'inscription : 27/09/2008

Interview du Zy 38 (Jame france) Empty
MessageSujet: Re: Interview du Zy 38 (Jame france)   Interview du Zy 38 (Jame france) Icon_minitime1Sam 28 Fév - 22:27

merci pour l 'interview

_________________
Interview du Zy 38 (Jame france) Banrai10
Revenir en haut Aller en bas
https://japan-powah.forumactif.org
 
Interview du Zy 38 (Jame france)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Powah. :: # Musique. # Music.# :: # J-Rock & visual kei. :: SID :: interview-
Sauter vers: