site  facebook  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un amour secret (2/7)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Un amour secret (2/7) Empty
MessageSujet: Un amour secret (2/7)   Un amour secret (2/7) Icon_minitime1Mer 14 Jan - 0:10

Alors cette fiction est inspirée de ma vie, mais toute les critiques y sont autorisées

Elle se déroulera sur 7 chapitres et tout de suite voici le premier chapitre




Comme à l'accoutumée, et puisque le temps que mes vacances m'offrent généreusement, je passe la majeure partie de mon après-midi dans une librairie du centre de Lille, afin de pouvoir travailler dans l'environnement que je recherche, calme et adapté au travail qu'est l'écriture. Avec mon ordinateur portable, j'écris sans m'arrêter, autour de lecteurs plongés dans leur livre, en particulier leurs mangas ou bandes dessinées, empruntés le temps de leur venue dans les rayons bien garnis du magasin.

L'inspiration épuisée pour la journée, je décide de me connecter à Internet avec le réseau sans fil mis à disposition. Je surfe sur la Toile, pour me divertir après plusieurs heures d'écriture, et par la même occasion, je me connecte sur MSN. Outre mon ami Luc connecté, il y avait Juliette, cette fille que je ne connais que rapidement, et avec qui les échanges se font rares. Les disponibilités de son côté et du mien nous empêchent d'être connectés en même temps ; le hasard joue en notre faveur en cette soirée d'août. Elle me sollicite en premier, alors que je viens à peine de me connecter :


- Coucou !
- Salut, tu vas bien ?
- J'ai connu des jours meilleurs...
- La réponse est donc "non". Pourquoi tu ne vas pas bien ? Tu peux m'expliquer, tu sais...
- Je ne vais pas me lamenter sur ce que mon destin voulait, mais je ne sors plus avec Lionel.


J'installe une courte pause dans notre conversation instantanée, pour regarder son image personnelle, qui n'offre tout simplement que la photo de mon interlocutrice, Juliette. La voir me permet de l'imaginer triste, en train de pleurer sa rupture, ce qui est en opposition avec l'humeur souriante et sérieuse qu'elle affiche sur sa photo.

- Dois-je comprendre que vous avez rompu ?, écris-je sans même regarder quelles touches je presse sur le clavier.
- Exact.
- Pourtant, à mes yeux, vous filiez un amour sempiternel. Rien ne semblait pouvoir vous désunir.
- Je le pensais aussi, mais moi aussi je me suis trompée. Je pensais que Lionel était l'homme de ma vie, mais il n'est pas ce que je recherchais. Il ne m'aimait que pour mon corps, pas pour ce que j'ai en moi.
- Peut-être que c'est mieux ainsi alors. Si vous n'étiez pas faits l'un pour l'autre, alors votre rupture peut marquer un soulagement pour toi. On peut dire que deux éléments chimiques incompatibles se sont mêlées trop longtemps et ont provoqué une explosion.
- Oui, tu as raison. C'est juste que nous sortons d'une relation de trois ans quand même. C'est très difficile de décoller une huître restée accrochée à un rocher pendant trois ans.
- Je comprends parfaitement, et j'espère vraiment que ton prochain chevalier ne cachera pas un "mister Hyde" capable de faire souffrir une si jolie fille que toi. Tu mérites d'être aimée plus dignement que t'as aimé Lionel.
- Ça me réconforte ce que tu dis. D'après le peu que je connais de toi, tu sembles chercher l'amour. Moi, j'aurais mieux fait de ne jamais le rencontrer.
- Oui, je recherche. Je vois l'amour comme une merveille suprême, un trésor unique, comme une ode guérissante pour un cœur blessé comme le mien. Lionel est à première vue pour l'amour matériel ; moi, c'est l'amour moral que je recherche. L'amour spirituel. Je n'aime que pour ce que la fille a à l'intérieur de la tête, et pas à l'extérieur de son corps.
- C'est rare de voir des garçons comme ça. En général, ils se contentent de la surface des choses.
- Je ne suis pas comme les autres, dis-je en ajoutant un smiley représentant un clin d'œil. Et j'en suis justement fier. Être unique et ne pas suivre les décisions des autres est bien la seule chose dont je suis fier d'être.
- Je vois. Moi aussi je suis comme ça. Je n'aime pas le quotidien. J'ai toujours besoin de m'évader pour m'amuser. Vivement que je sois adulte.
- Ma batterie me fait cruellement défaut. Je vais devoir te laisser ! Si tu veux, on peut poursuivre par SMS... A bientôt !
Je me déconnecte, mais la fermeture spontanée de mon ordinateur, suite à une batterie dépourvue de son électricité, le fait pour moi.


Je reprends la lecture des Rêveries d'un promeneur solitaire, du connu Jean-Jacques Rousseau, tout en continuant à être triste pour la rupture que Juliette a vécue. Je suis comme ça ; toujours à être triste pour les autres et non pas de moi-même. C'est peut-être que, justement, je suis en mesure d'aider autrui. J'ai passé mon temps à être égoïste et radin ; je dois changer, aider les autres avant moi-même. J'ai deux oreilles tendues à une continuelle écoute. J'écoute sans parfois même répondre. Si j'ai deux oreilles et une seule bouche, c'est pour mieux écouter et moins parler.

J'ignore le rôle que je peux jouer dans son retour vers un monde sans amour. Je ne peux qu'écouter et conseiller. Ou, peut-être que le mieux est de ne rien faire. De ne plus lui parler de Lionel. De ne plus lui parler d'un amour qui a causé des souffrances au cœur de Juliette. Le mieux, oui, c'est ça ; vivre sans l'amour, mi-docteur Jeckyll, mi-mister Hyde.


Dernière édition par Yukinarii le Mar 20 Jan - 0:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luiza
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Luiza

Masculin
Nombre de messages : 3829
Age : 30
Localisation : un coin pommé
Emploi/loisirs : un truc de merde
Humeur : Fuck tout ces gens avec leur gaminerie !!
Date d'inscription : 02/11/2008

Un amour secret (2/7) Empty
MessageSujet: Re: Un amour secret (2/7)   Un amour secret (2/7) Icon_minitime1Lun 19 Jan - 16:07

J'aime beaucoup ta façon d'écrire, vraiment c'est ce que j'aime dans les fanfic, et ça donne envi de lire.
Bonne continuation =)

_________________
Un amour secret (2/7) Mad_te10
Revenir en haut Aller en bas
http://hide60.skyrock.com/
Invité
Invité
Anonymous


Un amour secret (2/7) Empty
MessageSujet: Re: Un amour secret (2/7)   Un amour secret (2/7) Icon_minitime1Lun 19 Jan - 18:37

UN post RPG!!!!xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Un amour secret (2/7) Empty
MessageSujet: Re: Un amour secret (2/7)   Un amour secret (2/7) Icon_minitime1Mar 20 Jan - 0:49

Voici maintenant le chapitre 2

Je suis content que la première partie vous ait plut j'espère que vous aimerez la suite aussi =)




Sa rupture remet en question l'amour que je convoite, que je recherche et que j'attends. Sans peut-être même le savoir, elle essaie de me dire que l'amour tel que l'on voitest un masque, derrière lequel un visage noir est prêt à nous faire du mal. On se dit souvent : "Oh ! c'est beau l'amour !". L'amour promet monts et merveilles, peut-être, mais ces prouesses de la nature peuvent abriter des créatures nommées "chagrins". On vit bien au début. On se dit qu'on a tout au monde, la tendresse de celui ou de celle qu'on aime. Et ensuite, à force de goûter la fleur, on lui trouve un goût de poison, qui nous fait souffrir. Ou mourir.

A bien y réfléchir,comme je le fais sans répit, elle doit avoir raison. Einstein disait : "La perfection n'existe pas". En prononçant cette phrase, il ne devait sans doute pas faire allusion au sentiment symétrique qu'est l'amour. C'est triste à dire ; cela brouille l'univers sans problème et sans contrainte des contes de fées, que les enfants se nourrissent naïvement. "Il était une fois", qu'à cela ne tienne, mais "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", ne serait-ce pas une phrase finale destinée à inciter les enfants à la grande chasse au cœur, qui voit davantage d'entrants que de sortants ? Je me demande parfois pourquoi la fabrication du rose ne nécessite pas l'utilisation du noir.

La fermeture du magasin m'oblige à quitter les lieux. Dehors, le ciel est triste, comme elle de sa rupture, et comme moi pour elle. Sa tristesse se traduit par de la pluie ; la mienne se contente d'être triste, sans traduction. Je reçois peu de temps après un message de sa part, m'invitant à la voir à Paris. Bien que je sois un "ch'ti habitant del ville de Lille", Paris est pour moi comme une deuxième ville. Je la connais autant que ma ville natale, à force d'y aller, de la découvrir, que ce soit en métro, en vélo ou à pied. J'y vais quand les moyens temporels et financiers me le permettent.

Vendredi 29 août, mon séjour destiné à clore mes vacances commence. Je me réveille bien avant le soleil, vers 4H du matin. Je prends une longue douche réveillante avant de finaliser mes préparatifs pour Paris. Je quitte mon triste appartement lillois, et me dirige, dans un noir adouci par les lampadaires des rues désertes, vers la plus proche station de métro, où j'emprunte le premier de la journée pour la gare. Je prends le premier train de la journée aussi, pour Paris, celui de 6H. Le train a battu la petite aiguille dans sa course du "360°C". A 7H, j'arrive enfin dans cette ville qui m'inspire ; mon premier pas marque le début de trois longues journées, qui ne seront pas interrompues par quelconque sommeil.

Je voyais en les présentateurs-météo les plus gros menteurs connus de l'univers. Et pourtant, en conformité avec le temps prévu, il fait un soleil en mesure de faire fondre le plomb, si ce n'est que mes yeux que je dois protéger par mes lunettes d'aviateur. La disposition des aiguilles d'une horloge de la place carrée du Forum des Halles forme un angle droit, marquant ainsi la quinzième heure de la journée. J'attends impatiemment Juliette, qui m'a fixé un rendez-vous ici même, dans l'extrême point central de Paris. Elle arrive, je la reconnais sans qu'elle ait eu à se faire remarquer. Sa beauté se traduit mieux dans la réalité, que sur un carré de pixels... :


- Salut, me dit-elle, toute souriante.
- Salut Juliette, ça va ?


Elle s'avance pour me faire la traditionnelle bise, que je n'ai pas vu le temps d'arriver.


- Oui ça va mieux maintenant, me répond t-elle. Je fais en sorte de faire disparaître de mon cœur ce goût amer, qui sent encore la rupture.
- Faut essayer de ne pas penser à ça. Si je suis là, c'est bien pour ça, non ?
- Exact. Bon, on va où maintenant ?
- Au Mc.Do tiens... Un Mc.Fleurry me ferait le plus grand bien, avec cette chaleur étouffante.


Je m'engage sans la prévenir vers le Mc.Do le plus proche, seulement à quelques dizaines de mètres de la place carrée. Elle me suit, ou plutôt marche à ma droite, me devançant. Je commande auprès de la caisse :


- Un Mc.Fleurry - Kit-Kat s'il vous plait, dis-je à la caissière... Et toi, tu prends quoi Juliette ?
- Un Sundae Fraise, dit-elle à son tour à la caissière. Mais c'est moi qui paie hein !
- J'insiste pour te le payer.
- C'est gentil de te part, mais je suis comme ça. Oui, je sais ; difficile. Je n'aime pas qu'on m'offre ; après on pense que je profite des autres.
- Si tu veux...


Rapidement, la caissière revient avec la commande, qu'elle pose devant nous en disant :


- Sur place ou à emporter ?
- Sur place, dis-je avec un sourire qui cache une folle envie de rire, tellement sa question me fait rappeler une scène culte des "Rois mages".


Elle met nos glaces sur un plateau. Nous payons chacun séparément notre commande, puis partons à la recherche d'une place. Cette quête relève plutôt de l'impossible, vu le monde qui fréquente le restaurant. Puisque "bonne recherche donne bonne récompense", nous trouvons une table haute à l'entrée. Nous nous asseyons, et commençons à savourer chacun notre glace.


- Alors... Quoi de spécial, me dit-elle, l'air joviale.
- Je suis très pressé de reprendre mes habitudes de lycéen. La rentrée c'est déjà dans 4 jours, et jamais je n'ai été aussi pressé d'y être.
- C'est tout le contraire moi. Je ne l'attends pas avec impatience, mais bon, il faut bien ; les études nous promettent un avenir radieux. On est maître de son destin.
- Voilà exactement, dis-je en faisant signe de la main, comme pour montrer sa dernière phrase. Une Première L, en plus, il faut se serrer les coudes.
- Tu fais aussi une Première L ?
- Bah oui... Il n'y a que l'art et surtout la littérature qui m'intéressent. Ces conneries de mathématiques et tout ce qui s'en suit sont mes pires ennemis.


Bien qu'elle ne me réponde pas verbalement, je vois dans son regard qu'elle semble être d'accord avec moi. Nous finissons notre glace non pas en silence, puisque nous discutons toujours de nos études. Il faut bien anticiper cette rentrée, que ouvre les portes à une année que je veux la meilleure.


- On va où maintenant ?, me dit-elle en jetant sa cuillère dans le pot vidé de son Sundae.
- Du côté de l'Opéra...
Revenir en haut Aller en bas
Luiza
[ Membre. ]
[ Membre. ]
Luiza

Masculin
Nombre de messages : 3829
Age : 30
Localisation : un coin pommé
Emploi/loisirs : un truc de merde
Humeur : Fuck tout ces gens avec leur gaminerie !!
Date d'inscription : 02/11/2008

Un amour secret (2/7) Empty
MessageSujet: Re: Un amour secret (2/7)   Un amour secret (2/7) Icon_minitime1Jeu 29 Jan - 0:32

J'ai trouvé cette partie très jolie =)

_________________
Un amour secret (2/7) Mad_te10
Revenir en haut Aller en bas
http://hide60.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




Un amour secret (2/7) Empty
MessageSujet: Re: Un amour secret (2/7)   Un amour secret (2/7) Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
Un amour secret (2/7)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FREE] The Karaté Kid-2010 [DVDRiP]
» Le Chaperon Rouge [DVDRiP]
» Never Back down 2 dvdrip
» [UD] Laisse-moi entrer [DVDRiP]
» [MU] Devil [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Powah. :: # Flood. # :: # Vos créations.-
Sauter vers: