site  facebook  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview avec LM.C à l'Anime Expo

Aller en bas 
AuteurMessage
Yuki
[ administratrice ]
[ administratrice ]
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4078
Age : 28
Localisation : en moselle
Humeur : je m enuie
Date d'inscription : 27/09/2008

MessageSujet: Interview avec LM.C à l'Anime Expo   Mer 3 Déc - 20:41

Le duo unique a accordé à JaME une interview exclusive lors de son passage à l'Anime Expo 2008.

© PONY CANYON INC.
Ayant déjà à son actif un concert à Taiwan, LM.C a fait ses premières armes aux Etats-Unis dans le cadre de l'édition 2008 de l'Anime Expo Battle of the Bands suivi d'un concert one-man au Crash Mansion de Los Angeles. Avec pour projet de parcourir l'Europe en hiver, JaME s'est entretenu avec LM.C pour tenter de mieux comprendre le sens de la musique de ce groupe volontaire.

Comment allez-vous ? Comment s'est passé le voyage ?

maya : C'était génial...
Aiji : Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire à ce propos...
maya : Heureusement, nous avons le temps de faire autre chose pendant le voyage.

Jusqu'à maintenant, avez-vous fait l'expérience de chocs culturels ?

Aiji : Quand nous sommes arrivés, il y avait une alerte à la bombe à l'aéroport de Los Angeles.

Oui, j'en ai entendu parlé.

Aiji : Nous y étions ! On s'est dit : "C'est donc ça Los Angeles ?" et il m'a semblé que Jack Bauer était là (rires).
maya : Nous avons rencontré des gens intéressants, c'est le moins que l'on puisse dire (rires).

Dans l'interview que nous avons réalisée l'hiver dernier, vous disiez avoir quelques appréhensions vis-à-vis de vos fans étrangers, et sur la façon dont ils vous recevraient. Maintenant que vous avez pu les voir par vous-même, avez-vous une meilleure idée de votre popularité à l'étranger ?

Aiji : En ce moment, nous ne sommes toujours pas très sûrs de notre popularité, mais quand nous nous retrouvons en face des fans nous pouvons sentir leur soutient. Nous apprécions réellement de pouvoir le sentir, mais le concept de notre popularité n'est toujours pas vraiment ancré là-dedans (en montrant sa tête).

A la fin du mois, LM.C jouera au FORMOZ FESTIVAL de Taipei. La dernière fois que vous avez joué à Taiwan, cela vous a laissé une forte impression. Qu'est-ce que ces prestations à l'étranger vous ont apportées ?

maya : Il y a dix ans, nous n'aurions jamais pensé que nous serions ici aujourd'hui. Les gens disent que la musique ne s'exporte pas facilement, mais c'est ce qui nous arrive en ce moment. Nous recevons beaucoup de lettres de fans étrangers. J'ai encore l'impression de rêver, mais nous sommes bien ici. Tout est bien réel. Les fans sont là, tout est bien réel. C'est ce genre de savoir que nous avons acquis lors de ces performances.

Plusieurs de vos chansons ont servi de génériques pour différents animés. En ayant des liens avec le milieu de l'animation, pensez-vous avoir touché un plus large public ?

maya : Au Japon, à cause de cela, les petits garçons et filles chantent maintenant nos chansons. Quand on entend ces enfants de dix ans, et même plus jeunes, chanter nos chansons, nous nous rendons compte de la diversité de notre public. En ce sens, oui nous avons touché un plus large public.

Juste histoire de s'amuser ; Puisque nous sommes à une convention anime, si vous étiez un personnage de dessin animé, qui seriez-vous et pourquoi ?

maya : Hmm... N'importe quel personnage ?

N'importe lequel.

LM.C : (discutent entre eux)
maya : Nous serions des personnages de Dragon Ball...
LM.C : Mais qui ?
Aiji : maya pourrait être...
maya : Yajirobe !
Aiji : Yajirobe, huh ? Oui, peut-être bien.
maya : Quand je suis dans une situation tendue, je m'enfuis et je fais ce que j'ai envie de faire (rires).
Aiji : Oui, c'est vrai, maya est ce genre de personne (rires). Et moi ?
maya : Toi... (pense) Tortue Géniale.
Aiji : Eh ?! Tortue Géniale ?! Je sais pas trop... J'aime bien Tortue Géniale mais...
maya : (imite Tortue Géniale)
Aiji : Je suis pas chauve !
maya : Pas encore ! (rires)
Aiji : Pas encore ! (rires)

Vous vous désignez souvent comme étant une "unité" et non un "groupe". Etre une "unité", quel avantage cela vous procure-t-il par rapport à un groupe" ? Qu'est-ce que, selon vous, chacun amène à "l'unité" et qui est unique ?

Aiji : Nous avons le sentiment d'être un groupe.
maya : Le terme en lui-même n'a pas d'importance. S'il y avait des gens attrayant dans notre entourage qui souhaiteraient nous rejoindre nous formerions un groupe, mais il n'y en a pas ? C'est pour ça que nous avons formé une unité.
Aiji : (rires) C'est juste une unité parce qu'il n'y a que nous. De cette façon, il est plus facile de prendre des décisions (rires). C'est plus facile d'aller de l'avant et de se déplacer. C'est l'avantage d'une unité. Venir aux U.S à l'Anime Expo, c'est une chose, mais nous avons décidé de donner un autre spectacle au Crash Mansion. Nous avons pu nous décider très rapidement car nous ne sommes que deux. C'est un gros avantage ; nous pouvons prendre des décisions rapides et faire ce que nous voulons.

LM.C a un style très versatile. Vous vous êtes essayés à plusieurs genres différents ; Y en a-t-il un en particulier qui ne vous intéresse pas vraiment et que vous ne voulez pas essayer ?

maya : En général, nous ne faisons pas ce que nous n'aimons pas. Nous ne voulons pas nous limiter donc nous faisons ce que nous avons envie de faire. Nous n'évitons pas certains domaines car lorsque l'on s'impose des limites, on ne fait rien de grand. C'est pour cela que nous restons ouvert à tout ce que nous avons envie de faire.

Les sujets que vous abordez à travers votre musique sont très vastes et divers, variant des messages politiques à ceux d'amour. Si vous pouviez résumer tous ces messages en un seul, quel serait-il ?

maya : Un seul message ? (pense) Il y a beaucoup de chansons qui véhiculent des messages politiques et d'amour, mais le message que nous voulons faire passer, c'est qu'il faut être positif. Tout ce qu'on a, découle de tout ce que l'on a fait, donc il faut être positif. Même si la chanson a une tonalité basse, ce n'est pas négatif, nos chansons contiennent toujours un message positif.

maya, en tant que parolier, y a-t-il eut une chanson pour laquelle vous avez éprouvez des difficultés à mettre ce que vous vouliez dire en parole ?

maya : J'agence les mots de façon à former une mélodie, mais il y a des fois où je n'arrive pas à trouver les paroles. Je ne pense jamais que ça va être dur mais quand ça l'est, je n'arrive pas à trouver mes mots et je ne dors plus (rires).

Aiji, est-il déjà arrivé qu'après que vous ayez écrit la musique, les paroles de maya vous surprennent parce qu'il ne s'agissait pas de ce que vous aviez en tête ?

Aiji : Oui, c'est déjà arrivé. Quand cela arrive, je demande à maya de retravailler les paroles. Mais ce n'est arrivé que pour une seule chanson.

Laquelle ?

Aiji : -SORA namida iro- Ce n'est pas que le texte était mauvais, c'est juste que ce n'était pas le style de maya. Au lieu de lui demander de tout réécrire, je lui ai demandé de le retravailler et d'y mettre plus de lui-même. En dehors de ça, maya me donne toujours un texte dont il pense qu'il va avec la musique ; C'est comme ça que maya écrit. De temps en temps, il me surprend avec plus que ce à quoi je n'attendais.

Vous travaillez avec le même cinéaste depuis un bon moment maintenant. Est-ce que vous lui faites part de ce que vous souhaitez voir, ou est-ce qu'il crée ses propres concepts vidéo par rapport aux chansons ?

Aiji : C'est un effort collectif. Tout d'abord, nous décidons ce que nous voulons faire et nous en discutons, on crée la base. La base, c'est ce que nous voulons faire et quand on l'a, on rencontre le cinéaste et il y rajoute ses idées. Après, on se voit pour discuter du budget et de ce genre de chose, puis on filme.

Avez-vous des projets en ce qui concerne la sortie d'un nouvel album ?

Aiji : Oui, nous espérons en sortir un.
maya : Non ! (rires)
Aiji : Non ? (rires) C'est vraiment dur d'en réaliser un, il y a beaucoup d'étapes...
maya : Nous voulons en sortir un !
Aiji : Oui, nous voulons vraiment ! (rires)

Enfin, un message pour vos fans s'il vous plaît ?

maya : Je reviendrai.
Aiji : Eh ? (rires)
maya : Et pour le reste du monde, je veux aller dans tous les pays. Donc si il y a quelqu'un qui veux nous voir, nous viendrons. Attendez-nous, nous viendrons.
Aiji : Cela fait longtemps que j'ai commencé à faire de la musique et il y a aujourd'hui plus d'opportunités qu'à l'époque, donc je veux faire le tour du monde et tout voir. Avec notre musique, je veux avoir plus de fans et je veux faire plus de nouvelles choses avec LM.C, alors continuez de nous soutenir. S'il vous plaît, ne téléchargez pas illégalement ! (rires) S'il vous plaît achetez nos CD ou téléchargez-les légalement ! (rires) Merci.

Merci à Motomi Oiwa, Pony Canyon, Maru Music, Anime Expo et à LM.C sans qui cette interview n'aurait pas été possible.



sources : http://www.jame-world.com/fr/article.php?id=5740

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://japan-powah.forumactif.org
 
Interview avec LM.C à l'Anime Expo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview avec Linda Macario, Artiste de BJD Italienne
» Interview avec Graham McNeill (en français)
» ETRE OPPOSANT SUR LE TERRAIN A KINSHASA: INTERVIEW AVEC DIOMI NDONGALA PARTIE 1 ET 2 VIDEO
» expo Montrouge
» Interessant entretien avec Ned Bunnell, President, Pentax Imaging USA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Powah. :: # Musique. # Music.# :: # J-Rock & visual kei. :: LM.C :: interview-
Sauter vers: